Zwingli ou Anna Reinhart?

Général
Teilen - Partager

Voilà quelques impressions et considérations qui m’ont traversé l’esprit pendant et immédiatement après la première du film Zwingli à Bienne. J’ai été invité à participer à une table ronde et à répondre à quelques questions posées par les deux responsables de la modération ou par le public.

Le film commence avec Anna Reinhart, qui deviendra l’épouse de Zwingli, et se termine avec Anna Reinhart. Elle est là depuis le début, même si vous ne la connaissez pas encore, et elle y reste pendant un bon moment après que le réformateur ait été tué et écartelé dans la guerre contre les catholiques. L’histoire d’amour entre les deux se déroule comme un fil rouge dans le film. Mais c’est Anna Reinhart, pas Zwingli, qui a le dernier mot. J’ai pensé pendant le film : Le titre pourrait être “Anna Reinhart”. Elle n’est pas seulement proche des anabaptistes – beaucoup plus proche que Zwingli. D’ailleurs, le film cache le fait que le réformateur et les anabaptistes étaient compagnons au départ. Vers la fin du film, Anna s’approche même de toute personne post-moderne, sécularisée et peut-être éloignée de l’Église. C’est probablement intentionnel et ce n’est pas un mal. Il faut réfléchir davantage, rester dans la recherche, car on ne peut s’approprier la vérité.

Les anabaptistes sont dépeints comme des gens plutôt simples, en colère et impatients, pour qui la réforme n’avance pas assez vite. Ils ne veulent pas seulement des mesures radicales, ils sont bourrus. Il y avait sans doute quelques anabaptistes rudes, mais les amis de Zwingli à Zurich étaient radicaux dans un sens qui échappe au film, ou plutôt, que le film laisse échapper au spectateur. C’était d’ailleurs une question de l’auditoire de Bienne, et j’étais ravi qu’elle surgisse. Je pense qu’aujourd’hui, le concept de radicalisme doit être réhabilité. Que faut-il de plus aujourd’hui que de repenser et d’agir radicalement face à la menace du climat ou d’une catastrophe nucléaire, qui, pour les politiciens (oui, majoritairement masculins!), doivent se ranger derrière les intérêts économiques ou nationalistes? Repenser les contrats de la société, la place de l’économie.

Revenons au film: La rupture entre Zwingli et les anabaptistes semble être basée sur le baptême. C’est évident, car le thème de la relation entre l’Église et les autorités, ou leur chevauchement, n’est pas abordé. La liberté de conscience et de religion, ainsi que la séparation des pouvoirs, postulées par les anabaptistes et d’actualité jusqu’à nos jours, n’apparaissent pas dans le film. La ville doit trancher entre les rebelles soutenables et ceux qu’elle ne soutient pas, quelles que soient les raisons. Ceux qu’elle ne soutient pas doivent être expulsés ou exécutés. Anna Reinhart est profondément choquée par une telle action. Le film la dépeint clairement comme une sympathisante – et pourquoi pas?

Le film vaut la peine d’être vu, sa longueur de plus de deux heures et demie ne m’a pas dérangé. Il fait ressortir l’esprit de l’époque et ses querelles de façon crédible et soulève des questions importantes. En fait, il appelle à être réformateur. Mais comment ? Comme Zwingli ? Comme les anabaptistes ? Comme Anna ? Là réside tout son intérêt!

Print Friendly, PDF & Email